Header Ads

la violence à l'école comment y remédier?









L’école est une institution publique qui fonctionne en parallèle avec d’autres institutions de la société civile. Elle est là pour contribuer à la formation des jeunes et leur intégration dans la société.

Il semble, en revanche, que l’école aujourd’hui ne joue plus ce rôle respectable et digne de considération. Les cas de violence enregistrés dans nombre de collèges et de lycées en sont la preuve.

De nos jours, au Maroc, comme en Europe, le phénomène de violence est fortement remarqué dans les collèges et lycées, il prend de plus en plus de l’ampleur et se manifeste sous de multiples formes : violence physique entre élèves, harcèlement et abus sexuel contre les filles, et …jet de bouteilles sur des personnalités politiques… Et bien sûr sans oublier la drogue car il n'est pas rare de voir des ados arriver en classe déjà très "imbibés"…

La situation est si inquiétante et décevante que les élèves et les enseignants se rendent en classe avec amertume et angoisse.

Au lieu que l’école soit un lieu d’éveil et d’épanouissement elle se transforme en un lieu où l’on n’est pas en sécurité. Où est la fonction éducative de l’école ? Où est sa fonction d’enseignement – apprentissage ? Où est sa fonction de transmission de valeurs ? Où est sa fonction de construction de la personne, d’ouverture et de développement de l’esprit critique ?

Quelle est l’origine de cette violence ? Qui en est le responsable ? Les parents ? Les apprenants ? Les éducateurs ?

Il n’est pas aisé de trouver une réponse claire et suffisante puisqu’il y a interaction entre plusieurs facteurs.

A mon humble avis cette violence est une conséquence manifeste de l’échec des systèmes éducatifs qui se sont avérés incapables de motiver une jeunesse ayant tant de besoins et d’attentes.

Les décideurs ne considèrent plus l’enseignement comme un secteur où l’on forme des esprits, des personnalités et des hommes du futur, mais plutôt c’est devenu une entreprise qui prépare des apprenants pour le marché de travail.

Comment peut on remédier à ce fléau ?


Peut-on surmonter cette situation par des sanctions sévères contre les auteurs des actes violents ?

J’estime que le recours à la violence pour éradiquer la violence ne fera qu’empirer la situation.

Il serait préférable de recourir au dialogue. Le dialogue, paraît-il, étant le seul et unique moyen susceptible de réduire ce phénomène.

Il est alors impératif de créer au sein de chaque établissement scolaire une cellule d’écoute. Le rôle de cette entité étant d’écouter les jeunes, de dialoguer avec eux, de les encourager à s’exprimer librement et sans aucun complexe. Ainsi pourra-t-on avoir une idée claire et nette des secrets de la violence qui sévit les établissements : origines, causes, conséquences. Il en découle alors qu’il faudra revoir et réviser le rôle et le fonctionnement de l’école d’aujourd’hui.

Nous vivons actuellement dans un monde en perpétuel remaniement c’est pourquoi l’école d’aujourd’hui est appelée à partir des besoins et des attentes des apprenants dans tout acte d’enseignement – apprentissage .Ceci ne peut être atteint que s’il y a un changement de mentalités des décideurs.

En parallèle on doit inciter les apprenants à élaborer des projets personnels et des projets de classe ayant trait à des thèmes qui les intéressent entre autres la violence ,la drogue, la santé et le sport.

Il est d’autant plus utile de remédier au fléau qu’est la violence en travaillant sur des projets que c’est alors l’apprenant qui fait les recherches, donc c’est lui qui fait les constats et les déductions .

Aucun commentaire